Partir 1 Mois en Road Trip en Nouvelle Zélande

J’écris cet article dans un Backpacker au National Park de Tongariro en Nouvelle Zélande, près du « Mordor » du Seigneur des Anneaux.

blogging nouvelle zelande

Dans cet article, je vais vous décrire comment je m’y suis pris pour organiser mon voyage d’1 mois en Nouvelle Zélande.

1/ Pourquoi partir en Nouvelle Zélande ?

D’une part je voulais vaincre ma peur (mon « conditionnement » négatif et paralysant) de partir « loin », à l’autre bout du globe. Pour se rendre en Nouvelle Zélande il faut compter 2 jours de trajet, avec plusieurs escales (Dubaï, Bangkok et Sydney pour mon trajet aller, avant d’atterrir à Christchurch).

Voyage en Nouvelle Zélande

Je voulais me prouver que j’étais capable de dépasser mes limites, de sortir de ma « zone de confort », et de réaliser mon rêve : rejoindre mon ami Kevin Tribet à l’autre bout du globe, où qu’il soit !

D’autre part, j’avais bien sûr envie de découvrir un pays fascinant par son respect pour la nature, avec des décors paradisiaques (selon mes goûts en tout cas !). Je devais échapper à mon train-train de la vie quotidienne, un besoin de voir autre chose, de changer de repères, de trouver des réponses…

 

2/ L’organisation avant le départ

J’avais prévu de rejoindre mon ami à l’aéroport de Christchurch, sachant qu’il était déjà dans le pays depuis 4 mois. Nous avions imaginé vaguement un itinéraire possible qui nous ferait partir de l’île du sud pour remonter dans le nord de l’île du nord (Auckland) en 30 jours.

Aucun loyer en vue : nous avions prévu de dormir dans le Van tous les jours, ce qui permet d’improviser l’itinéraire une fois sur place, et aussi de faire des économies !

Road-trip Nouvelle Zélande

Notre budget était très limité et pas vraiment déterminé avant de partir : j’ai investi tous mes revenus que j’avais sur le moment pour ce voyage, c’est-à-dire pas grand chose… Outre le billet A/R et l’assurance voyage, j’avais environ 1000€ pour tenir tout le mois, en incluant toutes mes charges, l’essence du Van, les sorties…

Je comptais aussi sur mon business de cours de Mix pour DJs pour m’apporter quelques revenus bonus en cours de route.

Pour l’achat du billet A/R, je suis passé par des comparateurs de prix (notamment Skyscanner) : j’ai trouvé un billet Paris CDG -> Christchurch, Auckland -> Paris CDG pour 1330€ sur Voyages-SNCF (comme quoi des fois on peut avoir des bonnes surprises chez eux…).

J’ai numérisé mes documents administratifs (carte d’identité, passeport…) et je me les suis envoyé par email pour pouvoir y accéder de n’importe où quoi qu’il arrive.

J’ai aussi lu le manifeste de Fabrice du blog Instinct Voyageur, je vous recommande ses conseils pour bien démarrer…

Après avoir regardé un documentaire sur la Nouvelle Zélande, j’ai checké tous les éléments interdits à ramener dans le pays sous peine d’amende : pas de fruits, pas de graines, obligé de déclarer le matériel de camping ou les chaussures, pas de liquide…

 

3/ Le matériel que j’ai emmené

Préparation du voyage
J’ai imprimé tous les documents importants (comme la réservation du billet, ou des papiers d’identité) en 2 exemplaires, pour les placer dans ma pochette « portefeuille » (que je garde toujours sur moi) et dans mon sac de voyage (qui va en soute).

J’utilise un sac de voyage qui peut se séparer en 2 sacs à dos distincts : pratique pour laisser les vêtements au « campement » (dans le Van en l’occurrence), et prendre le petit sac léger pour la journée.
Les deux sacs réunis pèsent moins de 20kg, afin de ne pas payer de supplément bagages.

Vient ensuite le matériel pour « geeker » : mon Netbook avec son chargeur secteur, un convertisseur de prises secteur universel, un chargeur allume-cigare pour recharger les batteries sur la route. La camera « HD » qui fait aussi office d’appareil photo, les écouteurs, câble USB…

Le calepin papier + 2 stylos toujours à portée de main : indispensables pour prendre des notes à tout moment. J’ai voulu me donner bonne conscience en prenant un dictionnaire français / anglais en papier, mais je me suis vite rendu compte que c’est quasiment inutile : j’en achèterai un électronique.

Le matériel de camping : lampe à LED rechargeable à dynamo, lampe frontale à piles, le rouleau de PQ « qui peut sauver la vie », la mini-trousse de secours, une couverture de survie réutilisable…

Le minimum de vêtements pour rester « léger », et les plus pratiques (sweat-shirt à capuche et poche ventrale, treillis avec le maximum de poches, pantalons qui peut se transformer en short…). Les affaires de toilette minimum : un savon en « dur », brosse à dent / dentifrice, une serviette.

Un livre sur le business pour continuer à me former sur la route.

Et vous, comment organisez-vous vos voyages ?