5 Astuces Rentables pour Pérenniser vos Investissements en Sous-Traitance

Externaliser des tâches peut coûter cher, surtout lorsqu’il s’agit de missions récurrentes. Nous allons voir quelques astuces qui vont vous permettre de rendre vos investissements plus « pérennes » sur le long terme.

1/ Sous-traitez le référencement naturel de votre site

Referencement naturel

Lorsque vous sous-traitez du référencement naturel, votre but premier est d’obtenir un maximum de liens retour (« backlinks ») de bonne qualité. Vous pouvez soumettre votre site dans des annuaires spécialisés en rédigeant une description unique systématiquement (pour éviter le « Duplicate Content » ou contenu dupliqué).
Mais je vous conseille plutôt d’investir en rédaction d’articles qui seront publiés sur des sites tiers (ou « satellites »), je vais vous expliquer pourquoi.

Les articles rédigés par vos prestataires et publiés sur des sites satellites (blogs, sites de communiqués de presse…) pour votre référencement pourront vous resservir intelligemment.
– Ce sera de la « matière » dont vous pourrez vous inspirer pour vos prochains articles, emails séquentiels, Livres Blancs, formations…
– En plus de votre backlink qui pointe vers une page profonde de votre site (un article, une Page De Vente, une Squeeze Page…), vous pouvez inclure systématiquement un lien affilié dans l’article. Privilégiez les produits avec revenus récurrents, comme des abonnements mensuels par exemple 😉

Ces articles satellites optimisés seront des mini-sources de trafic pour votre blog et de revenus passifs s’accumulant sur le long terme. A « vie ».
=> RENTABILITE MAXIMALE !  😉

2/ Investissez dans la création de vos produits une bonne fois pour toutes

Dans la mesure du possible, vendez votre propre produit numérique (tutoriel vidéo, application en ligne, « e-book »…) pour être particulièrement rentable. Et privilégiez une mécanique de vente automatisée (site e-ommerce, blog, emailing séquentiel…).
L’idée c’est d’investir votre temps et / ou votre argent en AMONT de la création du business uniquement (ou presque). De ne « rien avoir à gérer » en ce qui concerne la chaîne de distribution de votre produit, ni de sa vente.

Quel rapport avec la sous-traitance ?

Pour créer votre produit, vous devez faire appel à VOTRE expertise pour lui donner de la valeur : impossible à sous-traiter (!).
Par contre, vous pouvez envisager de déléguer :
La création graphique : la couverture et la mise en page de votre livre, la jaquette de votre CD / DVD, le site web…
La recherche d’informations et de ressources : les 10 meilleurs articles de blogs sur tel sujet, des tutoriels vidéos sur le produit que vous vendez, des produits de votre niche de marché à vendre en affiliation…
– Tout ce qui peut vous aider à la création de votre produit mais SANS « valeur ajoutée » (j’en parle en détails dans mon mini-cours sur la sous-traitance).

Dans un « système à revenus passifs », vos frais en sous-traitance pour la création de votre produit seront amortis au bout d’un certain temps. A partir de ce moment-là, les gains futurs seront des bénéfices « purs » qui s’accumuleront petit à petit. Sans investissement de votre part : ni financièrement ni en terme de temps. Plus le temps passe, et plus votre investissement en amont devient rentable car vos frais restent fixes.

revenus passifs

3/ Choisissez bien vos sous-traitants

Est-ce que vous allez vous orienter vers un free-lance / indépendant, ou plutôt vers une petite PME dont les compétences seront potentiellement plus larges que celles d’une seule personne ?

La fiabilité de vos prestataires est un facteur clé. Trouvez les bons partenaires et gardez-les sur le long terme !  (facile à dire, je sais ^^ )

Si vous ne créez pas votre site / blog vous-même, choisissez un prestataire internet qui peut vous faire commencer avec un petit site vitrine complètement évolutif par la suite. L’idée c’est de partir sur une base technique fiable (par exemple WordPress) qu’on pourra customiser plus tard (avec des plugins par exemple). De cette manière, vous pourrez « dispatcher » vos frais dans le temps, tout en étant sûr d’avoir un site adapté à votre besoin du moment (vendre en ligne, présenter votre marque, support client…).
Ne pensez pas « site parfait dès le début », mais plutôt « évolution continue »  😉

Voici un schéma d’exemple (cliquez pour agrandir) :

site-internet-evolutif

Si vous recherchez un prestataire internet pour créer votre site de cette manière, n’hésitez pas à me contacter 🙂

4/ Economisez du temps lorsque vos sous-traitants ou vos process changent

Mettez en place des process simples et souples que vous pourrez « recycler » et « remodeler » suivant votre besoin du moment.

Rédigez des « procédures » (mini cahier des charges) et des briefs complets, simples, explicites. Pourquoi pas avec une vidéo explicative ou une FAQ… L’idée c’est de se rapprocher d’un tutoriel « Playskool » facilement compréhensible par n’importe lequel de vos sous-traitants. Dès que vous devrez changer de prestataire, son remplaçant pourra démarrer facilement. Il sera rapidement autonome, et vous n’aurez pas consacré des heures à le former !

Essayez de rester « fidèle » à vos sous-traitants tant que ça fonctionne correctement avec eux. De cette manière, vous éviterez d’avoir à re-briefer vos nouveaux « entrants » et à devoir vous adapter à leur façon de travailler.

Utilisez des outils simples et fiables pour retrouver facilement les coordonnées de vos anciens prestataires. Ou des sous-traitants potentiels que vous avez pris soin de noter 😉 J’utilise le CRM Zoho que je trouve pas mal.

5/ Pensez évolution et améliorations continues

Projetez-vous sur le long terme pour anticiper vos futurs travaux potentiels à sous-traiter. Ainsi qu’aux prestataires qui seraient aptes à vous satisfaire.

Intéressez-vous aux partenaires et contacts de vos prestataires. Si demain votre besoin s’étend à des compétences proches de celles de votre sous-traitant, vous gagnerez du temps en passant par lui pour vous orienter.

Encore une fois, pensez « recyclage » et amélioration permanente dans une continuité.

Pour aller plus loin, c’est par ici !

Et vous, comment faites-vous pour rentabiliser votre sous-traitance ?